TOYOTA FX-1

Présentée au salon de Tokyo de 1983, la FX-1 est la star du show et représente ce que pourrait être la GT de demain. Elle sera rapide, sure et technologique.

Toyota nous montre la voie avec ce prototype qui est une véritable vitrine de son savoir-faire. Pourtant la voiture de sport du future présente bien des similitudes avec la 2000GT élaborée 18 ans plus tôt.

Sa ligne sportive lui donne un Cx de 0.25 seulement. Les portes s'ouvrant de manière originale donnent accès aux 2+2 sièges. L'intérieur est élégant et futuriste. Les cadrans sont digitaux et toutes les commandes sont électriques.

Le rétroviseur à cristaux liquides s'adapte automatiquement aux conditions d'éclairage ambiant. La position du volant, réglable en hauteur et en inclinaison, est mémorisée par un ordinateur.

Salon de l'Auto de Tokyo 1983

Les matériaux composites ont été utilisés notamment pour les pare-chocs moulés par injection et les bielles composées de fibre d'oxyde d'aluminium développée par DuPont.

Salon de l'Auto de Tokyo 1983

Un système ingénieux de grille d'aération du moteur fait appel à un matériau composite à mémoire qui se déforme sous l'effet de la chaleur pour laisser passer l'air et qui reprend sa forme originelle en refroidissant.

Le capot est un sandwich de tôle et de polypropylene. La céramique apparaît dans les pistons des freins à disque ainsi que dans le pot d'échappement.

 

Le châssis poutre rappelle, par sa forme, celui de la 2000GT. Les deux trains avant et arrière étant reliés par un caisson longitudinal enveloppant l'arbre de transmission.

La suspension indépendante des quatre roues est composée de doubles bras oscillants transversaux combinés à des éléments hydropneumatiques à régulation électronique. Un ordinateur contrôle en permanence la garde au sol et l'assiette de la voiture ainsi que la dureté de la suspension et la force d'amortissement en fonction de plusieurs paramètres, comme la charge transportée et les conditions de la route. Les freins à disques ventilés sont équipés d'un système antibloquage électronique. La direction est à assistance variable en fonction de la vitesse du véhicule et les jantes ont un diamètre de 16".

Le moteur, dénommé LASRE alpha-X, est dérivé du 1G-GEU de série auquel la "Japan Society of Mechanical Engineers" avait décerné une médaille en 1982. C'est un 6 cylindres en ligne de 1998 cm3 (75x75 mm) à deux arbres à cames en tête, 24 soupapes et deux turbos équipés d'intercoolers air-air.

L'alimentation des cylindres 1-3 est différentiée des cylindres 4-6. L'ouverture des soupapes d'admission et d'échappement est variable en continu. Tout cela est contrôlé par un ordinateur, dans le but d'obtenir un rendement de fonctionnement du moteur optimum en fonction du régime demandé.

L'allumage est également confié à l'ordinateur et aucun câble de bougie, ni alternateur n'est employé. L'injection est bien sûr électronique. La transmission est assurée par une boîte automatique à 4 rapports contrôlée électroniquement.

La puissance développée est de 210 ch [DIN] à 6400 t/min et le couple de 273 Nm à 3600 t/min. Avec un poids 1274 kg, la FX-1 serait capable d'atteindre 250 km/h en vitesse de pointe.

Ici au Salon de l'Auto de Genève en 1984

Il semble que deux voitures complètes aient été construites.

 

Page d'accueil - Plan du site - Contact